Questions aux fondateurs 08/05-14/05 (S19) | Les Pépites Tech

Questions aux fondateurs 08/05-14/05 (S19)

Julien Steinitz, fondateur de Swish

 

Le métier que vous n'auriez jamais voulu faire

 

Accoucheur d'éléphants.

 

Le vôtre ? (Quel est votre métier ?)

 

CEO de Swish.

 

La meilleure idée de l'année / L'idée que vous auriez aimé avoir

 

La nouvelle fonctionnalité de happn, aaaaa je suis con c'est de moi.

 

La vôtre ? (D'où vient l'idée de votre start-up ?)

Une application de rencontre construite autour des envies des utilisateurs.

 

À quoi ressemble votre business model ?

 

Freemium/Media (Demain)/Commerce (Après demain).

 

Quels ont été vos feedbacks jusqu'à présent ?

 

Dithyrambique.

 

Les fautes qui vous inspirent le plus d'indulgence

 

Les fautes de goûts, ce sont peut-être des précurseurs ...

 

Qu’est-ce que vous auriez aimé savoir avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

 

Ce que je voulais faire comme projet :)

 

Votre état d'esprit actuel ?

 

La dalle.

 

Qu'est-ce que le futur vous réserve ?

De l'amour et des surprises.

 

Une dernière question à laquelle vous aimeriez répondre ?

 

Vous êtes célibataires ?

 

 

Vivien Vignaud, fondateur de Foodz

 

Le métier que vous n'auriez jamais voulu faire

 

Être commercial et devoir vendre un mauvais produit.

 

Le vôtre ? (Quel est votre métier ?)

 

Créateur d’enthousiasme, explorateur d’idées.

 

La meilleure idée de l'année / L'idée que vous auriez aimé avoir

 

Question difficile, il y tellement de belles et de bonnes idées tous les jours … Mais s’il ne fallait en retenir qu’une récente, je dirais Tempow ! Une pépite française qui révolutionne la technologie Bluetooth en permettant de connecter plusieurs enceintes à partir d’un seul téléphone. Imaginez un peu, un restaurant peut créer une vraie expérience sonore de qualité avec 3 ou 4 enceintes portable sans installation aucune … C’est magique.

 

La vôtre ? (D'où vient l'idée de votre start-up ?)

 

En parlant de restaurants, nous nous sommes tous confrontés à la même problématique. Ou allons-nous manger ce soir ? Nous avons alors tous le même réflexe ; aller sur internet pour découvrir de nouvelles adresses. Or les notes des restaurants sont souvent aléatoires et subjectives, et faites par des gens que nous ne connaissons pas ! Au final nous allons tous dans un restaurant que nos amis nous ont recommandé. Nous avons donc eu l’idée de digitaliser le « Bouche à oreille » pour permettre à tous de trouver rapidement et sereinement un restaurant grâce aux conseils de leurs amis et de la communauté et de permettre aux restaurateurs de faire de chaque client des ambassadeurs naturels sur les réseaux sociaux.

 

À quoi ressemble votre business model ?

 

Foodz est la croisée de 2 mondes, l’apport de couverts d’un côté et la communication positive et ciblée de l’autre. Notre business modèle est donc B2B basé sur la réussite et la satisfaction des personnes venues mangées grâce à notre application et communiquant positivement pour celui-ci.

 

Quels ont été vos feedbacks jusqu'à présent ?

 

Même si nous avons encore des choses à améliorer, les feedbacks des utilisateurs et des restaurateurs sur notre produit sont très positifs ! Les retours d’autres start-up et d’autres entreprises le sont également et nous laissent entrevoir de beaux partenariats dans un futur proche. Nous avons été finalistes du challenge « Food Service Factory » premier incubateur spécialisé dans la Foodtech exclusivement.

 

 

Les fautes qui vous inspirent le plus d'indulgence

 

Aucune faute n’est pardonnable … Par contre toutes les erreurs, les échecs nous inspirent quand à la base il y a une volonté d’entreprendre, de l’audace, et que de chaque échec nous pouvons construire un succès.

 

Qu’est-ce que vous auriez aimé savoir avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

 

Rien ! Sinon je ne me serai sans doute jamais lancé dans cette aventure. L’entreprenariat est un long apprentissage et il faut savoir savourer tous les petits moments de réussites et savoir prendre de la hauteur sur les « Échecs », se remettre en question tous les jours et rebondir pour atteindre son objectif.

 

Votre état d'esprit actuel ?

 

Enthousiaste ! Après un 1 an de développement nous commençons tout juste la commercialisation de notre produit. Nous sommes en train de créer brique après brique une entreprise qui fédère autour de son projet des personnes talentueuses qui nous font grandir chaque jour, et surtout nous font confiances !

 

Qu'est-ce que le futur vous réserve ?

 

Nous essayons de le créer avec une levée de fond en cours et plusieurs partenariats en discussion qui vont nous permettre de changer de dimension rapidement et d’atteindre notre objectif, celui de devenir la première plateforme de recommandation.

 

Une dernière question à laquelle vous aimeriez répondre ?

 

Pensez-vous qu’il y a une vraie alternative aux notes sur internet ?

 

Oui nous pensons que la recommandation entre amis est une vraie alternative car c’est une demande forte de la part des restaurateurs et qu’elle génère beaucoup plus de confiance et donc d’engagement auprès des utilisateurs.

 

Pensez-vous qu’il y a beaucoup de concurrence entre les services FoodTech ?

 

La FoodTech est un écosystème riche et complet ou beaucoup de start-up sont en fait complémentaires avec des partenariats naturels qui vont permettre aux restaurateurs d’accélérer leur digitalisation et ainsi optimiser leurs coûts et leurs revenus tout en se reconcentrant sur leur métier.

 

 

Joseph De Chateauvieux, co-fondateur de Nestor Paris

 

Le métier que vous n'auriez jamais voulu faire

 

Expert-comptable ou informaticien. Les lignes de chiffres me font peur, il m’arrive d’en faire des cauchemars.

 

Le vôtre ? (Quel est votre métier ?)

 

Entrepreneur. Plus précisément, je suis en charge de toute la partie client de Nestor, du marketing au SAV en passant par la communication, le commercial et l’acquisition client. Globalement, tout ce qui touche directement à notre clientèle.

 

La meilleure idée de l'année / L'idée que vous auriez aimé avoir

 

La meilleure idée ? Tout dépend des moments. Le samedi soir j’aurais tendance à dire Heetch et ses chauffeurs, le jeudi soir je voterais pour YouShould et ses bars privatisés et tous les jours quand je me déplace CityMapper qui m’évite de perdre des heures dans les transports.

Dans le cadre de Nestor, la vraie idée qui change nos vies au quotidien, c’est Payfit, avec leur système de simplification administrative qui nous fait gagner un temps fou !

 

Globalement, je suis assez impressionné de voir la facilité et le naturel avec laquelle les start-up en général réussissent à s’inscrire dans notre quotidien. Et ça me rassure : On ne crée pas du vent, on ne se fait pas un kiff à partir de rien, on répond à de réels besoins.

 

La vôtre ? (D'où vient l'idée de votre start-up ?)

 

Avec Sixte et Benoit, les deux autres co-fondateurs de Nestor, on rêvait d’ouvrir un restaurant. Mais pour un certain nombre de raisons, c’était compliqué voire impossible.

Dans le même temps, nos amis en stage nous ont fait part des difficultés qu’ils avaient pour bien déjeuner au bureau. C’est de là qu’est né le concept actuel de Nestor : Apporter la qualité d’un bon restaurant directement dans l’open-space. Nous avons tout d’abord cuisiné chez nous et livré nos proches nous-mêmes en vélib à leur bureau, puis la mayonnaise a pris, des collègues de nos proches ont fait appel à nous et finalement, le bouche à oreille à fait bien plus que ce que nous pouvions imaginer.

 

À quoi ressemble votre business model ?

 

Nestor, c’est un concept radical, conçu pour répondre au mieux aux attentes de nos clients qui déjeunent à leur bureau : Un menu unique par jour, qui change chaque jour, préparé le matin même par nos propres chefs dans nos cuisines, à partir de produits frais.

Ce concept présente plusieurs avantages pour les clients professionnels :

• La simplicité. Grâce au système du menu unique, le temps moyen pour la prise de commande est de 30 secondes à peine. Fini les interminables débats ou prise de tête pour savoir ce que l’on choisit pour le déjeuner.

• La rapidité. Avec une logistique et une technologie révolutionnaire, Nestor livre en 13 minutes en moyenne.

• La variété. Chaque jour, le menu proposé est différent. Si certains plats “Best-seller” peuvent revenir à intervalles réguliers, les menus dans leur ensemble sont toujours originaux et nouveaux dans leur composition. C’est ce qui fait que Nestor est considéré par beaucoup d’entreprises comme leur « Cantine virtuelle ».

• La qualité. Ne préparer qu’un seul menu permet de prêter beaucoup plus d’attention à la qualité du travail des produits et de conserver une qualité irréprochable avec l’augmentation des volumes.

 

Quels ont été vos feedbacks jusqu'à présent ?

 

Les Feedbacks sont excellents. Nos clients sont souvent étonnés de pouvoir bénéficier d’une telle qualité à un prix tout à fait raisonnable. La fraîcheur de nos produits et l’originalité de nos recettes font mouche. Le concept de menu unique qui permet une commande simple et ultra-rapide, sans aucune prise de tête, est également très apprécié. C’est bien pour ça qu’aujourd’hui, Nestor est devenu la cantine virtuelle de plusieurs milliers d’entreprises à Paris.

 

Les fautes qui vous inspirent le plus d'indulgence

 

Les erreurs de copié-collé. On en a tellement fait lors d’envoi de mails que maintenant, ça me fait plus sourire qu’enrager.

 

Qu’est-ce que vous auriez aimé savoir avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

 

J’aurais bien aimé avoir une formation express du style « Les 10 choses à savoir sur les méandres du système administratif français «. Ça peut devenir un vrai casse-tête, et quand on a lancé Nestor, on ne savait vraiment rien de tout ça.

Mais c’est comme tout, on apprend sur le tas !

 

Votre état d'esprit actuel ?

 

La restauration livrée est un marché hyperconcurrentiel. Chaque jour, de nouveaux acteurs apparaissent, d’autres disparaissent. Notre état d’esprit ? La conquête ! C’est l’état d’esprit qui nous anime depuis maintenant deux ans et demi, conquérir chaque jour de nouveaux marchés, séduire de nouveaux clients et régaler de nouvelles entreprises.

 

Qu'est-ce que le futur vous réserve ?

 

Avec plusieurs milliers de repas livrés chaque jour à l’heure du déjeuner et une croissance de + 10% chaque semaine, Nestor est aujourd’hui le leader du marché parisien de la livraison de déjeuners au bureau.

Depuis 2 ans, nous avons livré 600 000 clients. À la fin de l’année 2017, nous visons les 2 millions.

Au niveau géographique, Une fois la ville de Paris entièrement couverte, cap sur l’Europe. L’objectif est simple : dupliquer le modèle dans des zones présentant les mêmes concentrations géographiques d’actifs, soit les grands capitales européennes (Londres, Bruxelles, Luxembourg, Berlin, Genève).

 

Une dernière question à laquelle vous aimeriez répondre ?

 

Qu’est-ce qu’il y a au menu aujourd’hui ? Ce jeudi c’est blanquette de saumon, mon plat préféré ! Je vous le conseille ;)

 

Nous remercions notre partenaire Timefunding pour la réalisation de ces interviews.