Questions aux fondateurs 01/05-07/05 (S18) | Les Pépites Tech

Questions aux fondateurs 01/05-07/05 (S18)

Jonathan Chenière, fondateur de Bowo

 

Le métier que vous n'auriez jamais voulu faire

Difficile à dire, chaque métier peut être pris comme une source d’inspiration !

Finalement je préfère considérer que dans chacun d’entre eux, même répétitif, il existe des opportunités de le faire évoluer, et de changer le monde.

 

Le vôtre ? (Quel est votre métier ?)

Je suis co-fondateur de Bowo, l’anticonformisme de vos séjours hôteliers.

Je permets aux voyageurs d’accéder, facilement et efficacement aux services disponibles autour d’eux, et ceci de façon personnalisée.

Pourquoi ? Parce qu’il n’y a rien de plus important que de se sentir à l’hôtel comme à la maison et d’avoir la liberté de découvrir une région à sa façon.

 

La meilleure idée de l'année / L'idée que vous auriez aimé avoir

Elon Musk, un visionnaire ! Tesla, SpaceX, et maintenant les tuiles solaires … Il est en train de changer notre façon de vivre.

 

La vôtre ? (D'où vient l'idée de votre start-up ?)

Comme moi, comme vous et comme la plupart des voyageurs, lorsque vous rentrez dans une chambre d’hôtel, vous trouvez un panel d’informations que vous ne lisez pas ! (Prospectus touristiques, menus, liste minibar, questionnaires, etc …)

Notre conviction est qu’une solution digitale offrant un service personnalisé améliore l’expérience utilisateur. Attention, ce service ne doit pas se limiter à répondre à une demande ponctuelle, mais doit être capable d’anticiper vos besoins et désirs.

Chez Bowo, on s’est donné comme mission de réinventer la relation client avec un outil digital qui permettra à l’hôtelier de vous apporter la bonne offre, au bon moment et au bon prix.

 

À quoi ressemble votre business model ?

Bowo se positionne à la fois comme solution digitale qui vous accompagne durant vos séjours, et à la fois comme outil marketing pour les hôteliers qui cherchent à capitaliser sur des avantages durables avec une proposition de valeur innovante.

À mi-chemin entre modèle SaaS et freemium, nous installons dans chaque chambre, notre solution Bowo, composée d’un dock IoT, d’une tablette et d’une application dédiée.

L’hôtelier a, ainsi, la possibilité de vous offrir un service digitalisé, et de compléter cette offre en personnalisant l’expérience utilisateur grâce à une donnée client mutualisée.

 

Quels ont été vos feedbacks jusqu'à présent ?

Nous avons testé notre solution auprès d’hôteliers traditionnels indépendants et les premiers retours sont tous très positifs. Ils comprennent parfaitement l’intérêt de cette solution et sont demandeur d’accélérer notre développement. C’est aussi ce qui nous fait avancer !

 

Les fautes qui vous inspirent le plus d'indulgence

Toutes fautes liées à la créativité et la curiosité, qui sont des qualités importantes.

Nous devons toujours être à l’affut de nouvelles idées qui aident au développement de notre activité.

Évidemment certaines se solderont par des véritables échecs, mais évoluer dans un écosystème start-up c’est aussi, et surtout, faire preuve de résilience et donc ne pas baisser les bras devant une défaite.

 

Qu’est-ce que vous auriez aimé savoir avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

Avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, on aimerait tout savoir : Savoir monter un BP sexy, savoir vendre son idée avec des mots convaincants, savoir recruter efficacement, etc …

La vérité c’est que nous apprenons tous les jours et parfois de façon un peu désordonnée.

J’aurais probablement voulu savoir que créer sa start-up ce n’est pas simplement appliquer une méthodologie mais aussi s’adapter à son environnement.

Finalement chaque start-up suit son propre développement avec des priorités parfois ressemblantes, souvent différentes.

 

Votre état d'esprit actuel ?

Si je devais illustrer mon état d’esprit, ce serait probablement une citation de Jeff Bezos : « Work hard, have fun and make history ! ».

Je suis hyper motivé et focus. Même si c’est parfois compliqué, le plus satisfaisant c’est de voir l’évolution grandissante de Bowo.

 

Qu'est-ce que le futur vous réserve ?

Notre futur nous réserve beaucoup de challenges qui se transformeront, je l’espère, en véritable succès. Let’s play !

 

Une dernière question à laquelle vous aimeriez répondre ?

Que recherchez vous ?

Aujourd’hui, nous sommes en pleine croissance ! Nous recherchons actuellement des passionnées. Si vous êtes motivé(e) et talentueux(euse) et souhaitez rejoindre une équipe dynamique, nous serions heureux de vous rencontrer.

 

 

Julie Maillard, fondatrice d’Avec Plaisir

 

Le métier que vous n'auriez jamais voulu faire

Rien, je n’ai jamais aimé ne rien faire. J’ai toujours préféré travailler, m’impliquer dans un projet, même bénévole, que de rester inactive. Je suis un peu hyperactive. J

 

Le vôtre ? (Quel est votre métier ?)

Je n’ai pas un métier, j’en ai plusieurs.

Je suis à la fois :

  • Conférencière, chercheuse et experte sur les sujets de la foodtech et des allergènes
  • Designer & Développeur
  • Chef de projet
  • Bloggeuse, community manager …
  • Visionnaire

En un mot, je suis entrepreneure pour Avec Plaisir dans toutes les myriades de métier que cela implique.

 

La meilleure idée de l'année / L'idée que vous auriez aimé avoir

Je sèche, il y en a tellement que je ne sais pas laquelle choisir.

 

La vôtre ? (D'où vient l'idée de votre start-up ?)

avec-plaisir.fr est une solution communautaire pour trouver LE restaurant où manger sans allergènes autour de soi.

Nous proposons aux consommateurs ayant des contraintes alimentaires (Allergies, intolérances, hypersensibilité …) une nouvelle expérience communautaire du restaurant : Sûre, sociale et gourmande.

Ce projet est personnel, car j’avais moi-même du mal à trouver des endroits où manger sans allergènes à l’extérieur, où je puisse aller avec mes amis et mes collègues. Refuser d’aller au restaurant par peur, ou être obligée de prendre une salade ou de regarder les autres manger, ce n’est pas vraiment la meilleure expérience qui soit.

 

À quoi ressemble votre business model ?

Avec Plaisir se positionne comme la "Marketplace" du manger "Sans allergènes et gourmand" pour les personnes contraintes. En BtoB, nous opérons comme apporteur d'affaires d'une cible segmentée pour les acteurs de la restauration, les producteurs et les industriels. Nous avons également pour vocation d'accompagner les restaurateurs et les industriels sur les questions liées aux allergènes.

 

Quels ont été vos feedbacks jusqu'à présent ?

Que ce soit de la part des utilisateurs, des restaurateurs ou du milieu start-up, les retours sur notre projet sont très positifs et nous encouragent à continuer.

Nous avons été lauréat du programme « Digital Impact » organisé par La Ruche, en partenariat avec Microsoft et Orange et de l’appel à projet « Agritech » organisé par Le Bivouac, en partenariat avec Michelin, Limagrain et Crédit Agricole.

 

Les fautes qui vous inspirent le plus d'indulgence

Les fautes réalisées avec de bonnes intentions ou avec de la bonne volonté. Essayer, c’est déjà réussir. Échouer n’est pas une fin en soi, c’est un apprentissage.

 

Qu’est-ce que vous auriez aimé savoir avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

Que la théorie n’avait rien à voir avec la pratique, que j’allais être stressée, fatiguée, motivée, démotivée mais que le fait de porter un projet qui fait sens pour moi et dont l’impact sur la société est clairement visible serait une source de motivation et d’énergie mille fois supérieure à toutes les épreuves que j’allais endurer.

 

Votre état d'esprit actuel ?

Je suis confiante dans l’avenir, les feedbacks des utilisateurs sont très positifs et chaque nouvelle journée où je reçois un message de leur part me prouve que mon projet fait sens et qu’il faut que je continue.

 

Qu'est-ce que le futur vous réserve ?

Plein de bonnes choses.

Je ne veux pas trop vous en révéler pour le moment, mais je vous conseille de nous suivre sur notre blog, Facebook, Instagram ou Twitter.

Si vous voulez me rencontrer et découvrir Avec Plaisir, je serai au Salon des Allergies Alimentaires et des Produits Sans du 12 au 14 mai 2017 (C21 – Hall 5.2) au Parc des Expositions (Porte de Versailles à Paris).

 

Une dernière question à laquelle vous aimeriez répondre ?

Pourquoi est-ce que La Fourchette (And co) ne va pas me tuer ?

Notre positionnement est différent. Nous ciblons une population très concernée par son alimentation (Vrai enjeu de santé) et qui est ignorée par les solutions actuelles. Pour cette population, c’est une vraie galère de manger à l'extérieur. De plus, cela concerne également leur entourage et plus largement, aujourd'hui toutes les personnes qui sont à la recherche d'un mieux-être.

La Fourchette ne me tuera pas, car il ne suffit pas d'ajouter un filtre "Sans gluten" pour assurer au consommateur qu'il pourra manger autre chose que de la salade et que celle-ci n'aura pas été contaminée en cuisine. Et c'est pour ne plus avoir à choisir la salade au restaurant (Versus des plats gourmands et sûrs) qu'Avec Plaisir est né.

 

 

Alexis Zerbib, co-fondateur et CEO de Cyclofix

 

Le métier que vous n'auriez jamais voulu faire

Magicien. Je suis allergique aux lapins.

 

Le vôtre ? (Quel est votre métier ?)

J’ai cofondé et dirige actuellement Cyclofix. CEO comme on dit !

 

La meilleure idée de l'année / L'idée que vous auriez aimé avoir

Alors, elle ne date pas de cette année (Ça compte ?), mais PayPal me semble être un bon choix. J’aurais bien aimé trouver le truc.

 

La vôtre ? (D'où vient l'idée de votre start-up ?)

Cyclofix vient du fait que faire réparer son vélo était fastidieux. Se salir les mains, faire des allers/retours en magasin, attendre … Sans compter un service client qui laissait souvent à désirer. Je me suis demandé comment supprimer toute cette pénibilité. La réparation à la demande est apparue comme une évidence. J’ai testé le service auprès de quelques dizaines de clients afin de confirmer son intérêt puis développé le concept à une échelle plus importante. Cyclofix est aujourd’hui présent à Paris, Strasbourg et Bordeaux et nous préparons son ouverture à l’international.

 

À quoi ressemble votre business model ?

Cyclofix est une Market place. Nous sommes donc une plateforme qui met en relation des cyclistes qui ont besoin de réparations vélos et des réparateurs (Formés par nos soins). La spécificité, et non des moindres : Nos réparateurs vélo se déplacent jusqu’aux cyclistes où et quand ils le souhaitent.

 

Quels ont été vos feedbacks jusqu'à présent ?

Assez incroyables à dire vrai.  Et je vous avoue que c’est un gros boost qui nous fait avancer au quotidien.

 

Les fautes qui vous inspirent le plus d'indulgence

Tout le monde progresse, apprend. L’apprentissage contient donc son lot d’erreurs, particulièrement dans une start-up.  Ce sont ces fautes que je pardonne le plus facilement. À l’inverse, ne pas apprendre de ses erreurs est plus problématique.

 

Qu’est-ce que vous auriez aimé savoir avant de vous lancer dans l’entrepreneuriat ?

Que tout ce qui prend plus de 24h à mettre en place n’est pas (Souvent) une bonne idée.

 

Votre état d'esprit actuel ?

Hyper actif et opiniâtre.

 

Qu'est-ce que le futur vous réserve ?

Je vous réponds dans un an ? Blague à part, toujours plus de vélos dans les villes. Toujours plus de réparations.

 

 

Nous remercions notre partenaire Timefunding pour la réalisation de ces interviews.